Le lait est-il vraiment bon pour la santé ?

Mis à jour : juin 8

La polémique autour des produits laitiers enfle. Préconisé pour ses apports en calcium, le lait serait à l'origine de certains maux dont les troubles articulaires et digestifs. Entre opposants et partisans des laitages, le débat est ouvert.


Depuis quelques années, des médecins soupçonnent les produits laitiers d’être à l’origine de nombreux maux. Alors que la majorité du corps médical se rallie au (PNNS) qui recommande trois laitages par jour, des voix discordantes les accusent de favoriser des dysfonctionnements au sein de l’organisme et de générer de nombreuses pathologies. Contre toute attente, celles-ci ne se limitent pas à la sphère digestive, et des problèmes articulaires peuvent apparaître.


Les détracteurs accusent les protéines laitières, auxquelles nous ne serions pas adaptés. « Le lait contient des protéines spécifiques d’espèces qui ne sont pas interchangeables, alerte le Dr Jean-Pierre Poinsignon, rhumatologue. Lorsqu’on donne du lait de vache à un nourrisson, on le vaccine contre les maladies bovines ! Dès lors, on perturbe le système immunitaire. Or, sur un terrain génétique favorable, cette perturbation peut favoriser à l’âge adulte des maladies auto-immunes comme la polyarthrite, les rhumatismes… » Le problème, c’est que rien n’a jusqu’à présent été prouvé et que ces allégations reposent non sur des preuves scientifiques, mais sur de simples constatations. Et là, on entend tous les sons de cloche ! « Après avoir conseillé de supprimer tout produit laitier, j’ai constaté chez une majorité de patients une amélioration des symptômes inflammatoires. Chez d’autres, les tendinites ont disparu », avance le Dr Poinsignon.


Mais ne risque-t-on pas alors des carences en calcium ? Dans le camp “antilait”, on enfonce le clou : « Le calcium laitier est peu assimilé par l’homme, souligne le Dr Poinsignon. De plus, en France, les apports recommandés sont gonflés : 900 à 1 200 mg par jour selon les types de population, alors que l’Organisation mondiale de la santé les estime à 600 mg ! Une alimentation équilibrée, sans laitages, satisfait largement nos besoins sans craindre de carence ! » Dans le rang des “classiques”, on reste prudent : « Supprimer les laitages expose à de nombreuses carences, souligne le Dr Catherine Hernandez. Et pas seulement en calcium, mais aussi en protéines, acides gras et vitamines. Pas question donc de ne plus en consommer sans raison valable. » Le Dr Catherine Serfaty renchérit : « Sans produits laitiers, il est impératif de se supplémenter en calcium. Et d’augmenter la consommation d’aliments qui en sont riches. »


Chacun est libre de tenter l’expérience de l'arrêt du laitage, pour ma part, j'ai gagné en confort de digestion depuis que j'ai stoppé tous les produits laitiers (lait, crème, fromage) et je n'ai pourtant aucune intolérance au lactose.

0 vue
  • Facebook
  • Instagram
  • LinkedIn

53 avenue Condorcet, 69100 Villeurbanne